Confidence #1- Mon aventure à l’autre bout du monde.

partir-a-letranger

Je te parle de mon aventure,

des années qu’elle me trotte dans la tête, un peu comme le refrain agaçant d’une chanson que tu fredonnes toute la journée. Intimement, j’attendais avec impatience ce jour où j’allais tout claquer pour vivre mon rêve et partir vivre mon expérience à l’étranger.

One year ago 

J’ai 23 ans et pour mon âge la vie me réussit plutôt bien : une histoire d’amour à faire pâlir de jalousie, un diplôme dans la communication et le webmarketing, un job de Social Media Manager en agence, un appartement dans le 3° arrondissement de Lyon,  une armoire remplie de jolies fringues et même le potentiel de devenir quelqu’un. Superficiellement, oui j’étais heureuse. Intérieurement je me chuchoter « si le reste de ma vie ressemble à ça, ça risque d’être ennuyant ». Hors mis habiter aux quatre coins de la France, je n’avais jamais prit de gros risques.

« J’allais devenir cette nana culottée qui vie ses rêves »

Il a fallu que je me casse la gueule pour ça, mais un jour je l’ai décidé. J’allais devenir cette nana culottée qui vie ses rêves. Quelques mois de paperasses plus tard, j’ai bouclé mes valises et je suis monté à bord d’un avion à destination des Etats-Unis. Si je ferme les yeux j’arrive encore à ressentir l’adrénaline du décollage. Un sentiment qu’on ne ressent qu’une fois dans sa vie, une bonne drogue. Mon coeur s’est mis à battre à 300 à l’heure, plus fort que les grondements du moteur de l’avion, j’avais envie de crier « bordel tu l’as fais » !

« Tout est démultiplié » 

Depuis que je suis à Chicago, tout est démultiplier. Mais non, bande de gourmands, je ne parle pas seulement de la taille des burgers. Même moi je me suis démultiplier. Quand j’aime ici, j’aime dix fois plus. Quand je ris, je ris dix fois plus. Quand je pleurs, je pleurs dix fois plus. Quand je m’émerveille, je m’émerveille dix fois plus. Quand je rencontre, je me donne dix fois plus et ainsi de suite. J’ignore d’où viens cette faculté à ressentir plus intensément les choses mais c’est de la folie, c’est limite jouissif.

« S’émerveiller autant, c’est complètement hallucinant » 

Il n’y a pas une seule journée où je m’endors sans avoir découvert quelque chose. Un paysage incroyable, une expression américaine, une différence culturelle… Vivre à 7000 kilomètres de sa zone de confort c’est un apprentissage constant de la vie. Découvrir, s’enrichir et s’émerveiller autant, c’est complètement hallucinant.

« Je vie enfin ma vie comme JE l’entends » 

Près de moi il n’y a pas cet ami proche qui me dit « non Justine, tu ne devrais pas faire ça ». Et même s’il été là je l’enverrais balader. J’ose enfin vivre pour moi et je vis ma vie comme JE l’entends. Je suis célibataire et j’aime ça. Je dépense mes quelques dollars comme j’en ai envie : dans des soirées trop alcoolisées, dans des voyages improvisés, dans des chaussures pour lesquelles j’ai flashé. Je rencontre et aime des personnes avec qui j’ai un feeling (ce fameux atome crochu), je m’intéresse à elles pour ce qu’elles sont vraiment et non pour leurs styles ou leurs notoriétés bidon. Je me coiffe et m’habille comme je veux, je porte des leggings pour être à l’aise si je le veux. Mes choix ne sont plus influencés par des parasites sociétaux.

« Parfois je galère »

Sans m’en rendre compte je multiplie mes objectifs et je repousse tous les jours mes limites. Dans le sport, dans les voyages, dans l’adaptation, dans la langue, dans les relations, dans… Ça n’est pas un claquement de doigt, parfois je pleure pendant des heures, il est tard et le jetlag me rappelle que je suis dans ma merde, solo. Dans ce genre de coups de blues extrême quémander un chocolat chaud, un plaid et un film drôle à sa meilleure amie ça n’existe pas. Avant, j’aurais eu besoin d’un bon coup de pied au cul, aujourd’hui, je n’ai plus besoin de personne pour me donner une bonne correction digne de ce nom. Je rebondis immédiatement. Si j’échoue, je recommence plus rapidement. Parfois je galère, mais ça me forge cette putain de route vers le succès.

« L’année de break qui change une vie »

Une année (ou plus), ce break n’est pas un break mais une aventure. Elle m’aide à construire en tout point cette carrière dont je rêve. D’ailleurs, j’espère que mon futur employeur derrière son ordinateur lira ses quelques lignes. Car qu’importe où je reviens sur le marché du travail (Paris, Londres, San Francisco, Stockholm…) je toquerais aux portes avec un anglais quasi-irréprochable, une ouverture d’esprit plus grande que la Willis Tower et un mental inégalable!

Je suis confortée dans l’idée que ça n’est que le début de la concrétisation de mes rêves. Confortée dans l’idée que vivre à l’étranger changera le reste de ma vie.

A  v o t r e  t o u r  d e  c o m m e n c e r  à  r é a l i s e r  v o s   r ê v e s . 

d’ailleurs, racontez moi vos rêves?

SIGNATURE-JUSTINE-LOURENCO vivre-laventure blogueuse-francaise-a-chicago chicago-dream

mon-aventure-aux-usa chicago-tag-greeting-from fille-au-pair-a-chicago francaise-aux-etats-unispartir-vivre-a-chicagoUne blogueuse mode avec une tenue de tout les jours, jeans / baskets, on ne peut plus banal. Et alors vous voyez pas, je m’en fou, je pue le bonheur ?

Jeans : Abercrombie & Fitch – Top pyjama : Hollister – Sunglasses : Forever 21

Rendez-vous sur Hellocoton !
Justine Lourenço
J'ai 23 ans et après Metz et La Rochelle, je me suis installée à Lyon depuis un an. Je suis Social Media Manager en agence (ça doit être ça la raison du pourquoi je suis vachement sociable -rire-) ! Sociable, mais aussi très curieuse, férue de mode et de tendances. Le tout donne un mélange explosif qui commence par www.

8 Comments

  1. Je t’ai déjà laissé un commentaire sur La blogo lyonnaise, mais je t’en remets un là :)
    Merci pour cet article, merci de te livrer à coeur ouvert à nous.
    Moi aussi j’ai ce projet de partir à l’étranger et j’ai tellement peur… partir de sa zone de confort et s’éloigner de tout, fout la frousse. J’ai peur de ne pas réussir, de ne pas réussir à rencontrer du monde, trouver du travail là-bas… mais je pense à un moment qu’il faut arrêter de réfléchir et se lancer! Alors merci, tes mots me boostent ! :)

  2. Ma belle, c’est avec enchantement que j’ai lus ton superbe article. J’en apprend tout les jours sur ma fille, ses envies, ses joies, ses craintes…. qu’elle p’tit bout de femme qui en veut et qui ne baisse jamais les bras, bravo pour ta force ! Que cette expérience t’apportes les plus grandes satisfactions culturelles et humaines. Ne regrette jamais ce choix même si certains jours sont ouf…. je te l’interdit ! Enjoy every single moment my sweety love, hugs from your mommy ❤️️❤️️

  3. Ce sentiment lorsque l’avion décolle, j’ai ressenti exactement le même en partant en Erasmus en Norvège, ce « mon dieu, je l’ai fais, depuis le temps que j’en rêvais ». Et cette impression de vivre tout plus intensément, ca devient une vraie drogue. Je te suis sur Instagram depuis quelques mois, et je suis ravie de voir que tu profites à fond de ton aventure !

  4. Je suis partie un peu moins loin que toi mais j’avais aussi cette envie depuis bien longtemps. En tous cas cet article est vraiment plein d’énergie, tu en débordes et c’est super motivant! Tu as l’air d’avoir fait un choix fort et nécessaire!

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :